Article trompeur dans Le Monde

Encore une fois, on cite les sondages Eurobaromètre comme “preuve” de la compétence linguistique extraordinaire des citoyens européens, cette fois-ci dans l’article La discordance des langues, par Thomas Ferenczi apparu hier (article © Le Monde).

Notez bien le mot sondage dans la paragraphe ci-dessus — pas étude, ni recherche, mais sondage. En gros, on demande aux gens, “Est-ce que vous parlez anglais ?” et on note le nombre de réponses positives.

Sortez dans la rue en France — pays riche, voisin du Royaume Uni — et lancez une conversation en anglais avec les passants. Est-ce que vous trouvez vraiment que presqu’un sur deux est tout à fait à l’aise à discuter en anglais ? Ce n’est pas mon expérience personnelle.

Contrairement à M. Ferenczi, qui trouve que “Les avantages de cette situation [la dominance de l’anglais comme langue internationale] sont évidents”, le rapport L’enseignement des langues étrangères comme politique publique du Haut Conseil pour l’évaluation de l’éducation y trouve beaucoup de problèmes, aux niveaux finance, égalité, justice, et autres. Et notez bien le mot rapport, établi suite aux recherches détaillés sur les faits tels qu’ils sont, pas un sondage pour trouver l’opinion des gens sur eux-mêmes.

Advertisements

4 komentoj to “Article trompeur dans Le Monde”

  1. MASSON Henri Says:

    Ce qui démontre que, même écrite dans “Le Monde” (journal dit “de référence”), une ânerie reste cependant une ânerie…

  2. Aleks Says:

    Apres le Traité Constitutionnel Européen, l’UE ne survivrait pas à l’adoption de la langue des Etats-Unis comme langue commune.

    Pour une politique linguistique équitable et efficace en Europe.
    L’enquête citée dans l’article n’a aucune valeur scientifique. Il s’agissait d’une auto-évaluation du niveau en langues d’un échantillon de population.

    Alors pourquoi le quotidien français de référence voudrait-il faire de l’anglais la langue commune de l’Europe, malgré la politique de plurilinguisme de l’UE et son refus officiel de mettre une langue en avant ?
    • pour construire des Etats-Unis d’Europe, utilisant la même langue que ceux d’Amérique, afin de mieux affirmer notre allégeance au pays de G. W. Bush ?
    • pour consolider l’impôt linguistique de 17 milliards d’euros par an* payés par les pays non-anglophones de l’UE au Royaume-Uni ?
    • pour confirmer que l’Europe n’est qu’une entité économique, soumise à la loi du marché (ou loi du plus fort) et à la mondialisation sauvage ?

    Pourtant, si les mots justice, liberté, égalité dans le domaine des langues ont encore un sens, il existe des solutions :
    • plurilinguisme intégral et systématique sur tous les sites internet de l’UE, afin de garantir l’égalité des citoyens européens. Les Britanniques et anglophones doivent-ils être mieux traités, informés plus vite que les autres citoyens européens ?
    • si besoin d’une langue commune, en choisir une langue neutre politique, une langue équitable, facile d’accès pour tous et pas seulement les élites. Seul l’espéranto remplit ces critères.
    • pour faciliter l’apprentissage des langues étrangères, il est prouvé qu’il est plus avantageux de commencer par l’espéranto. Commencer par l’anglais, comme la situation actuelle le montre, est la garantie que les élèves ne pourront pas apprendre d’autres langues.

    Combien peuvent réellement apprendre et maîtriser plus de 2 langues étrangères ? Tout le monde n’est pas Hagège ni agrégé en langues.

    N’oublions pas que ce même Claude Hagège a déclaré aussi dans son dernier livre, Combat pour le français, que “l’espéranto est sans doute un des meilleurs alliés du plurilinguisme”. De même tous les scientifiques ayant étudié la question ont été convaincus par l’intérêt de cette langue équitable, le véritable latin moderne, pour assurer le plurilinguisme et renforcer la diversité culturelle en Europe. D’ailleurs la Finlande ne s’y est pas trompée, les communiqués hebdomadaires de la Présidence finlandaise de l’UE sont traduits en espéranto.

    * cf. le Rapport Grin, 2005, commandé par le HCEE (Education Nationale)

    L’espéranto ne peut pas éternellement être dissimulé aux citoyens voire calomnié.

    Salutations européennes,

    Aleks KADAR, VP Relations Extérieures de Espéranto-France
    http://www.esperanto-france.org

  3. Alan Says:

    Je n’ai pas réussi à lire cet article dans Le Monde, sans devoir payer l’abonnement, ce dont je n’ai aucune envie. Mais si tu as raison, que d’entre les français, il n’y en a même pas la moitié qui parlent l’anglais, il ne vaudrait guère la peine nous informer qu’il n’existe pas de langue officiellement mise en avant par l’UE, parce que dans la vie quotidienne du commerce etc c’est l’anglais qui occupe la position supérieure, et ceux qui ne le parlent pas ne gagneront pas l’argent. M Kadar ne devrait pas essayer de battre contre ce qu’il appelle la mondialisation sauvage, parce que quant à l’espéranto, il a été créé pour emmerder les citoyens du monde.

  4. Aleks Says:

    Vous avez tout à fait raison, M. Alan,
    il a été créé pour emmerder le monde, et avant tout pour vous emmerder vous même ! 🙂 tant mieux s’il ça marche 🙂
    Cela dit de façon totalement cordiale, bien sûr 🙂

    Ce fut un plaisir de lire votre commentaire particulièrement pertinent 🙂
    Mais où donc vouliez en venir ? Quel était le sens de votre commentaire ?
    Que le Monde a raison, alors que vous ne savez pas ce qu’il a dit, n’ayant pas lu l’article ? Si vous voulez, si vous laissez votre adresse, je peux vous envoyer l’article.

Respondi

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Ŝanĝi )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Ŝanĝi )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Ŝanĝi )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Ŝanĝi )

Connecting to %s


%d bloggers like this: